Michel Cymes nous conseille le rire pour lutter contre la douleur

Des chercheurs anglais ont effectué une étude publiée en Septembre 2011 dans la revue de l’académie des sciences britanniques, Proceedings of The Royal Society B, montrant que le rire pouvait diminuer la douleur.

Expériences en Angleterre

Les chercheurs anglais ont tenté plusieurs expériences sur 35 personnes.

1 ère expérience : vision d’émissions comiques ou de documentaires

  • Une partie des personnes a regardé une émission comique comme «Mr Bean» ou «Friends» et l’autre partie des documentaires sur les animaux ou le golf par exemple.
  • Ils étaient ensuite soumis à une épreuve pouvant provoquer des douleurs comme le contact avec une poche glacée ou un garrot serré.
  • Résultats : Les personnes ayant regardé une émission comique ressentaient moins la douleur que ceux qui avaient regardé un documentaire.

2 ième expérience : vision d’un film comique ou d’une pièce dramatique

  • Une partie des personnes ont regardé un film comique et l’autre une pièce dramatique.
  • Puis ils ont participé à une épreuve douloureuse comme simuler la position assise dos au mur comme s’il étaient sur une chaise.
  • Résultats : les personnes qui avaient rit en regardant le film comique ressentaient moins de douleurs que ceux qui avaient vu la pièce dramatique.

Rire et endorphines

  • Un lien a été établi entre le rire et la production d’endorphines.
  • Les endorphines sont des hormones secrétées par le cerveau dans des situations de stress et au cours du sport.
  • Les endorphines libérées pendant et après la pratique du sport entrainent une sensation de bien-être grâce à leur effet euphorique et anxiolytique.
  • Elle provoquent également une effet antalgique.

Rire 15 minutes permet de diminuer de 10% la douleur

  • Un rire franc de 15 minutes permet de diminuer de 10% la douleur.
  • Selon les chercheurs de cette étude, il est nécessaire que le rire soir franc et massif, comme une crise de fou rire ou des éclats de rire survenant rarement quand on est seul.

Sources : Impact Médecin

19 janvier 2018|